La bannière du site

Accueil > Golf 2 > Golf 2 GTI > En acheter une

En acheter une

jeudi 17 août 2000, par Aurelien

De plus en plus de monde s’intéresse maintenant à la Golf 2. Il est vrai que sa ligne a bien vieilli et que sa réputation de robustesse est largement justifiée. Le 1800 mérite toutes les éloges : des moteurs de 300.000 kms sans travaux majeurs se rencontrent fréquemment.

Tout d’abord, les prix vus sur le marché : une GTI de la période 84-87 s’achète de 750€ (pour un état très moyen, voire avec moteur HS) jusqu’à 3000€ (bon état, 1ère ou 2ème main, moins de 120.000 kms, quelques option -> direction assistée, toit ouvrant...).
Une GTI des années 88-89 se monnaiera un peu plus cher, de 1000€ jusqu’à 3300 €. Les plus recherchées sont les modèles "gros pare-chocs" (après 1990) dont les prix débutent à 1500 € et grimpent jusqu’à 4000 voire 4500 € pour un modèle exemplaire (moins de 100000 kms, toit ouvrant, direction assistée...). Tout cela s’entend pour des voitures en configuration d’origine, terme souvent repris comme argument de vente, ce qui est tout à fait logique.

Avant de signer le chèque pour repartir avec votre belle, quelques précautions s’imposent. Premièrement, et si c’est encore possible, privilégiez une première main (facile de connaître l’historique). Il est vrai que les dernières Golf 2 GTI sont sorties de chaîne voilà bientôt 15 ans et que cela commence à devenir des perles rares en 1ère main !

Sinon, afin de connaître le passé de la voiture, exigez les factures. Il peut être tout à fait possible de tomber sur une 4ème main conduite et entretenue avec soin par des propriétaires consciencieux.

La plus grosse tromperie possible sur ce véhicule concerne le kilométrage. Trafiquer le compteur sur une Golf est une chose très aisée. Mais cela peut être facilement décelable. Deux façons de falsifier le compteur : reculer les chiffres ou changer carrément le bloc compteur par un autre « plus jeune » (récupéré dans une casse par exemple).

- Dans le premier cas, il faut regarder de très près les deux vis noirs au milieu du tachymètre (qui sert à fixer les rouleaux du compteur). Si celles-ci présentent des traces de coups (peinture enlevée par le tournevis lors du démontage), passez votre chemin. Attention, certain malfrats font cela comme des « pros » et c’est complètement invisible.

- Dans le second cas, l’affaire se corse. C’est plus dure à voir, mais il y a certains trucs. Si par hasard, lors de l’essai de la voiture, l’ordinateur de bord venait à déconner (mauvais affichage) ou que le tachymètre ou le compte-tour ne marchaient pas bien, il s’agit probablement d’une mauvaise connexion suite à un démontage. Donc méfiance.

Autre « astuce », le remontage d’un bloc qui ne correspond pas. Je m’explique par ce que j’ai pu vivre. Suite à une petite annonce tout ce qu’il y a de plus sérieux, j’avais rendez-vous avec une personne afin de voir sa voiture (GTI, 8s, pas une 1ère main). Au premier abord, tout collait bien (sur le papier du moins...) mais lorsque je me suis installé au volant, j’ai tout de suite indiqué au propriétaire que ce n’était pas la peine d’essayer sa voiture : quelque chose « clochait » au niveau de son compteur. Il était gradué jusqu’à 260 km/h alors que celui d’origine est gradué jusqu’à 220 km/h ! (du beau boulot en somme puisqu’il s’agissait d’un récupéré sur une 16s...).

En fait, chaque version de GTI avait droit à son bloc spécifique :

- compteur gradué jusqu’à 220 et zone rouge à 6200 tr/mn pour la GTI

- compteur gradué jusqu’à 260 et zone rouge à 6800 tr/mn pour la GTI 16s

- compteur gradué jusqu’à 260 et zone rouge à 6200 tr/mn pour la GTI G60

Encore une dernière remarque, les première GTI possédaient un « économètre ». Voir dans la page évolutions afin de voir les concordances avec les années. Si la voiture que vous êtes sur le point d’acheter possède cette équipement alors qu’elle en est dépourvue d’origine, ou l’inverse, re-méfiance !

Voilà en ce qui concerne le kilométrage. Reste à savoir si le reste est « bon ». En premier lieu, si la voiture a déjà été accidentée. Il est parfois plus judicieux d’acheter une voiture dans son jus (c’est à dire qui n’a jamais été repeinte) qu’une fraîchement « peinturlurée ». c’est plus difficile d’y déceler des éventuels chocs. Sinon, si vous remarquez que le moteur est sale alors que la tôle du compartiment moteur est nickel ou bien très propre, c’est que la voiture a sans aucun doute tapé de l’avant. Pour ce qui est de la partie arrière, un autocollant (avec des références constructeur) est apposé dans le coffre contre le bandeau de tôle. Si cet autocollant n’y figure pas, c’est que la face arrière a probablement été changée suite... à un accident. Autre mise en garde, infaillible aussi : toutes les Golf antérieures au modèle 88 n’avaient pas le sigle VW au milieu du bandeau arrière (Voir évolutions). En cas de réparation, étant donné que Volkswagen ne fabrique plus que des bandeaux arrières avec le sigle au milieu, c’est obligatoirement un de ces bandeaux qui remplace l’élément abîmé. Si le modèle 86 que vous êtes sur le point d’acheter possède le sigle VW au milieu, méfiez-vous...

Ces remarques n’étant pas exhaustives, n’hésitez pas à me contacter pour me communiquer vos commentaires.

Encore un dernier point : les sièges de la Golf GTI sont d’une solidité à toute épreuve (ou presque !) Si le modèle que vous avez en vue a des sièges dépouillés avec 100.000 kms au compteur, y’a un problème !